Une méthode efficace pour faire face aux émotions négatives

Comment faire face aux émotions négatives? Une émotion, on ne choisit pas de la ressentir, elle est là, c’est tout. Néanmoins, elles sont fort utiles car elles attirent notre attention sur un besoin non satisfait. Elles assurent la survie de l’espèce depuis des centaines de milliers d’années.

Si elles font parties de la vie, il faut bien reconnaître qu’on s’en passerait volontiers… alors comment faire pour qu’elles durent le moins longtemps possible?

Voici une méthode en 3 étapes qui peut vous aider à faire face aux moments difficiles.

1. RECONNAITRE

C’est une étape indispensable.

  • Il convient de prendre conscience du vécu corporel de l’émotion. Qu’est ce que je ressens? Qu’est ce que ça me fait? Dans quel endroit de mon corps est-ce que je le ressens? Je m’autorise dans un premier temps à ressentir ce que je ressens, je l’accepte.
  • Je réfléchis à ce qui me pose problème en reformulant clairement le problème dans ma tête, à voix haute, ou sur papier.
  • Je prends conscience de ce que je me dis. Attention, les pensées ne sont pas des faits. Si je pense quelque chose, ça ne veut pas dire que c’est vrai … et encore moins que je dois le croire. Demandez-vous si vos pensées ne sont pas un peu exagérées.

 

2. REEVALUER POSITIVEMENT

Nos émotions sont bien souvent la conséquence de nos pensées. Il est clair que nos pensées sont bien souvent le reflet de notre éducation et de nos expériences antérieures (c’est ce qu’on appelle les schémas de pensées). Elles sont toujours l’interprétation d’une situation.

Une boutade dit qu’il y a 3 manière de voir une situation: celle du premier protagoniste, celle du second et la réalité en elle même. Eh oui… chacun voit midi à sa porte. Essayez donc de vous décentrer et d’imaginer comment d’autres personnes que vous pourraient voir la situation… et même celle de la personne contre qui vous êtes fâché s’il s’agit de la colère. Le fait de recenser plusieurs manière d’interpréter une situation permet de prendre de la distance par rapport à celle-ci.

L’idée est de formuler des pensées plus rationnelles: moins négatives, en recontextualisant, en intégrant toutes les données d’une situation, en ne pensant pas à la place des autres, en étant moins pessimiste, en exagérant moins , et en se détachant du regard des autres…

 

3. SE METTRE EN PERSPECTIVE

On peut prendre du recul temporel en se demandant si, dans un an,  ce sera toujours aussi aussi perturbant? La plupart du temps, les petites difficultés quotidiennes sont clairement dépendantes de notre contexte actuelle.

Par ailleurs, on peut se demander comment réagiraient ou feraient les autres (nos proches, nos amis ou nos collègues) dans une situation similaire…

Enfin, attelez-vous immédiatement à tenter de résoudre le problème si toutefois il peut l’être. Si rien ne peut être résolu, c’est que ça ne dépend pas de vous et que cela ne vaut donc pas la peine de vous accabler pour cela… on lâche prise…

Cette méthode n’est pas miracle mais, à force de l’appliquer, vous musclerez votre capacité à gérer vos émotions. Les petits ruisseaux font les grandes rivières….

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 28
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *