12 CLES POUR rebondir après une épreuve?

Deuil, accident, maladie, séparation, perte d’emploi, faillite, … Ces expériences sont traumatisantes et génèrent des émotions extrêmement négatives. Mais comment rebondir après une telle épreuve? Qu’est ce qui différencie les individus résilients des autres? Comment surmonter au mieux ces douloureuses expériences? Cet article vous éclaire sur les bons comportements à adopter…

La constitution génétique: l’injuste loterie de la vie

Cette part d’inné en nous est constituée par notre génome. Les personnes les plus résilientes ont des gênes qui modifient notamment le sytème de régulation du stress.

Ainsi, chez eux, le taux de concentration des hormones du stress a tendance à diminuer plus rapidement que chez les autres lorsqu’ils sont confrontés à un évènement stressant. Ainsi, la réaction inflammatoire induite par le stress sera moins intense chez ces personnes.

Par ailleurs, la plasticité cérébrale est améliorée chez les champions de la résilience par un affermissement des connexions entre neurones, ce qui permet d’accroitre les capacités attentionnelles, mnésiques et la récupération après une épreuve stressante.

Enfin, la stabilité émotionnelle est assurée par un gêne impliqué dans le transport de la dopamine et de la sérotonine.

Bref, tout est-il cuit si vous ne faites pas partie de ces surhommes?

Eh bien non, … heureusement… c’est là qu’entre en jeu la magie de l’épigénétique. En effet, les chercheurs ont découvert il y a bien longtemps que l’expérience humaine modifie les gênes. Ce fut là une prometteuse découverte qui justifie à elle seule les métiers de la thérapie et de l’éducation!

Juste un mot sur l’enfance …

Parmi les injustices de la vie, il y a aussi ce que nous avons vécu malgré nous dans l’enfance. Je ne m’attarderai pas sur ce fait, préférant axer mon propos sur ce sur quoi vous pouvez agir!

Il est évident que la qualité des relations dans l’enfance est déterminante dans nos capacités de résilience. Des relations d’affection équilibrées avec les figures parentales sont essentielles. Ce sont elles qui permettront l’élaboration d’une base de sécurité affective permettant de traverser au mieux les inévitables épreuves de la vie.

Mettre en place un environnement social et des conditions de vie favorables

Nous voilà enfin arrivés à ce sur quoi nous pouvons agir … car vous l’aurez bien compris, notre magnifique pouvoir, c’est l’action… et l’acceptation. Voici un certain nombre de clés pour mettre en place les conditions pour mieux rebondir.

  • En effet, la clé numéro 1, c’est l’acceptation. Ce qui nous arrive est bien là et nous ne pouvons qu’en prendre acte. Le déni, la colère ou le regret ne seraient pas constructifs à long terme.
  • Clé numéro 2: Aller chercher l’aide des autres
  • Clé numéro 3: Mettre en place une démarche concrète de résolution de problème
  • Clé numéro 4: Nourrir une image de soi positive
  • Clé numéro 5: Etre conscient de ses ressources dans notre capacité à faire face au stress
  • Clé numéro 6: Se montrer empathique et altruiste
  • Clé numéro 7: Trouver un sens à sa vie et aux épreuves de la vie (je l’ai mise en 7 car c’est un porte-bonheur!)
  • Clé numéro 8: Développer sa flexibilité cognitive pour apprendre à s’adapter au changement. Pour cela, apprendre à sortir régulièrement de sa zone de confort est essentiel.
  • Clé numéro 9: Faire du sport. Il diminue le taux d’hormones du stress et booste le mécanisme de croissance cérébrale, favorisant l’adaptation de l’individu.
  • Clé numéro 10: Soigner son alimentation et son sommeil. Votre niveau d’énergie sera déterminant dans votre capacité à rebondir.
  • Clé numéro 11: Fuir à tout prix les comportements contre productifs: tabac, alcool, cannabis, jeux vidéos, …
  • Clé numéro 12: Apprendre l’optimisme pour sortir du piège de nos pensées négatives du type “je n’y arriverai jamais”.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  Comment ne pas surréagir?

La vie est ce qu’elle est. Jamais nous ne pourrons nous prémunir des épreuves difficiles. Néanmoins, nous gardons le pouvoir d’agir sur nous-même pour mieux rebondir après une épreuve.

Gardons à l’esprit qu’il est essentiel dans un premier temps de lever la sidération émotionnelle. En effet, le traumatisme a tendance dans un premier temps à stupéfier les structures émotionnelles cérébrales. Seule la parole peut les libérer. Dans un premier temps, n’hésitez donc pas à prendre un RDV avec un psychologue pour pouvoir amorcer votre reconstruction. Ainsi, vous pourrez plus facilement accéder à l’acceptation de ce qui vous arrive et pourrez saisir l’opportunité d’un tout nouveau départ.

Virginie Bossut

Psychologue clinicienne

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *