enfant lève la main sur moi

Votre enfant lève la main sur vous, que faire ?

S’il est relativement fréquent que les jeunes enfants lèvent la main sur leur père ou leur mère, au moins une fois, la réaction des parents doit être claire et suffisamment forte pour que l’enfant ne renouvelle pas ce geste.

La symbolique de ce geste doit absolument être prise au sérieux. Si la non-violence envers autrui doit être éduquée, tout geste violent envers ses parents doit être impérativement contrecarré.

Le respect de ses parents est une valeur fondatrice de son psychisme.

Bien sûr, vers 18 mois, 2 ans, le jeune enfant va tenter de lever la main sur vous, mais ce geste est interdit ! Votre réaction, et celle de votre entourage (conjoint, famille, etc.) doit être sans aucune ambiguïté.

Lorsqu’un enfant lève la main sur le parent, il doit être immédiatement stoppé par une réprimande verbale ferme, calme et déterminée. Mettez ensuite votre enfant à l’écart, isolé dans sa chambre ou dans un endroit sans danger, pendant quelques minutes. Une fois que tout le monde s’est calmé, reprenez sérieusement les choses avec votre enfant pour lui expliquer fermement que cet acte ne sera jamais toléré dans votre famille.

Il ne faut surtout pas répondre par une démonstration agressive, telle qu’une fessée, car vous perdriez toute votre crédibilité et transmettriez un message opposé.

L’attitude de l’autre parent est déterminante. Le fait de lever la main sur vous,  ne doit pas être pris à la légère, et le soutien explicite du conjoint devant le parent visé est essentiel pour que cela ne se reproduise plus.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  4 moyens de gérer le stress dans notre vie de parents

La répétition de ce type de geste est révélatrice d’un problème de limites éducatives dans votre famille. Si votre enfant réitère le fait de lever la main sur vous à plusieurs reprises, c’est que vous n’êtes pas assez cadrant. Vous devez alors vous faire aider par un psychologue de l’éducation qui vous accompagnera pour rectifier la situation.

Les familles monoparentales sont plus à risque, car le parent isolé n’aura pas le soutien explicite nécessaire de l’autre parent. C’est pourquoi, il faudra mobiliser un autre adulte, comme le grand-père, le parrain, l’enseignant, le psychologue ou le médecin, qui recadrera fermement et calmement l’enfant.

En cas de séparation parentale, il est tout à fait judicieux de solliciter l’autre parent pour remplir ce rôle. C’est pourquoi, il convient d’entretenir les meilleures relations possibles avec l’ex conjoint, ce qui est très structurant pour l’enfant.

Grace à ces précieux conseils, votre chérubin ne devrait plus lever la main sur vous.

Virginie BOSSUT-HUBAUT

Psychologue clinicienne spécialiste de l’éducation.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 20
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *