Déconnexion

La paresse sur ordonnance: pourquoi la déconnexion est indispensable

Paresse, déconnexion… Alors là, j’ai vraiment l’impression de vous écrire un truc du genre « Faites comme je dis, pas comme je fais ». Mais en l’écrivant, je compte me faire du bien et pratiquer la self-therapy.

Une vie riche et à 100 à l’heure, c’est plaisant certes. Mais avouez que parfois, on frôle l’overdose. En tout cas, c’est régulièrement mon cas. J’aspire dans ce cas à ne rien faire … ce que je ne fais pas… impossible!

Pourquoi est-il si difficile de déconnecter?

Parce que je ne me l’autorise pas. Comme tant d’autres de mes congénères. L’inactivité est souvent vécue de manière coupable. Ne dit-on pas « l’oisiveté est mère de tous les vices »?

C’est très idiot car physiologiquement, la déconnexion est indispensable… Jamais le perfectionnisme et l’hyperactivité n’ont été aussi valorisés dans une société…. et paradoxalement on assiste au développement exponentiel de techniques méditatives.

Au delà de l’aspect culpabilisant de l’inactivité, ne rien faire, c’est se confronter au vide. Cette vacuité peut être le révélateur de difficultés plus profondes, comme lorsque l’on s’est déconnecté de nos valeurs. Notre comportement s’apparente alors à celui des papillons de nuit qui virevolte frénétiquement autour du réverbère.

Mettre notre cerveau sur pause

Nous vivons à un siècle où les sollicitations sont permanentes: réseaux sociaux, mail, sms, info en continue, possibilité de travailler de n’importe où, … Notre cerveau est en permanence abreuvé de sollicitations. Lâcher prise est devenu un enjeu de santé mentale. Seule cette mise à distance favorise la mémorisation. C’est bien connu dans le domaine de la psychologie des apprentissages: les informations sont mieux mémorisées lorsqu’un temps de pause suit leur stockage. Émotionnellement, le système nerveux a aussi besoin de récupérer. Si notre organisme est soumis à un stress permanent, il récupère nettement moins facilement et perd progressivement toute flexibilité.

La méditation comme l’art de se focaliser sur l’instant présent et d’apprivoiser le vide

Les techniques méditatives nous deviennent très utiles pour apprendre à nous sevrer de notre agitation permanente. À coup de quelques minutes quotidiennes, nous apprenons à ne rien faire, à nous reconnecter à notre corps, à notre souffle, …

Quelques idées sur appli: petit bambou, Zenfie

Une idée de livre:

Ne rien faire pour retrouver une forme de créativité

 Lâcher prise permet de nous reconnecter à nos ressources intérieures et à favoriser la résolution de problème. C’est d’ailleurs le principe de l’hypnose. J’ai d’ailleurs moi même, pendant les vacances, un fleurissement d’idées … qui m’épuisent à nouveau mon retour tant je cherche à les mettre en pratique…

Ne dites vous pas vous même à votre enfant qu’il a de la chance de s’ennuyer et que c’est bon pour lui?

Comment s’aider à déconnecter?

  • Enlevez votre montre pour commencer et ranger votre portable! Évitez tout repère de temps…
  • Intégrez dans votre to do list 50% de temps nécessaire pour réaliser une tâche… cela vous évitera de trop remplir
  • Cultivez les moments de solitude et de silence… Se lever tôt permet souvent cela à l’année…
  • Prenez conscience que vous n’êtes pas votre emploi du temps… Reconnectez vous à vos valeurs.
  • Renouez avec la bonne vieille récréation en vous ménageant des pauses entre les activités. Rien de tel qu’un petit thé avec rien sous les yeux , le regard perdu dans le vague…

Allez, on s’y met ensemble? Postons nos témoignages et tentatives dans les commentaires… une vraie thérapie de groupe!

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *